Comme une chaleur de feu de camp

À quinze ans, Emmanuelle fuit comme la peste les conversations improvisées et ne se sent à l’aise que sous l’eau, lors de ses entraînements de natation, où sa timidité passe inaperçue. Sa vie se gonfle de sens et de musique lorsqu’elle fait la connaissance de Thomas, son nouveau voisin. Les deux s’apprivoisent doucement, partageant chaque matin le même banc et les mêmes écouteurs, et se retrouvant à contempler les étoiles lors de soirées autour d’un feu de camp. Mais tout bascule le jour où Emmanuelle est témoin d’une scène bouleversante, qui créera autour d’elle comme une onde de choc et chamboulera sa relation avec Thomas.

J’ai choisi cette lecture à cause de sa page couverture et de son titre: Comme une chaleur de feu de camp. On imagine quelque chose de crépitant, qui commence tout doucement. C’est un peu ce que j’ai retrouvé dans ce livre. Il s’agit d’un roman jeunesse, pour ados, écrit d’une façon à la fois belle, douce et vraiment agréable à lire. J’ai particulièrement aimé l’écriture et les petits phrases si justes, presque poétiques par moments. J’ai bien aimé aussi le choix des titres de chapitres qui sont originaux.

« Les lundis sont des hérissons qui se sont levés du mauvais côté du lit. »

Le roman raconte l’histoire d’Emmanuelle, une jeune fille réservée, timide, qui ne se sent pas à l’aise en société. Elle est donc souvent seule, souvent à part des groupe, se questionne si ses réactions sont normales ou si ce qu’elle dit a du sens. Je me suis retrouvée un peu en elle, dans son désir de ne pas faire de vagues.

« Je me dis que je veux pouvoir choisir les gens que j’aime – et choisir d’arrêter de les aimer s’ils n’en valent pas la peine. Je ne veux pas que l’amour soit un ouragan qui chamboule toute ma vie. »

Emmanuelle a peu d’amies et pas toujours les bonnes. Elle sympathise avec un nouveau voisin, Thomas, gentil et solaire, qui l’initie à la musique country. Elle est nageuse et va à la piscine tous les soirs. Elle sent souvent le chlore, a l’impression d’être elle-même que lorsqu’elle est dans l’eau et elle collectionne les histoires de nageuses célèbres pour se donner du courage. La piscine, c’est son refuge. Jusqu’à ce jour où elle est témoin d’une scène bouleversante, qui changera beaucoup de choses pour elle.

Elle doit maintenant affronter les événements, essayer de comprendre le flots de sentiments qui l’assaillent. En même temps, elle doit trouver la façon de vivre toutes les nouveautés qui surviennent dans sa vie: de nouvelles amitiés, des trahisons, des situations compliquées, son premier amour.

« J’aime particulièrement les matins dans l’autobus; la musique que nous écoutons tisse autour de nous la plus belle des bulles, un cocon douillet où nous oublions même le plastique des bancs qui nous colle sous les cuisses. C’est un petit bout de merveilleux que je ne retrouve nulle part ailleurs. »

Même si le livre aborde des sujets importants, l’écriture est douce, presque réconfortante. L’auteure enveloppe son histoire d’un regard bienveillant. Ses personnages m’ont plu. Ils sont humains, avec leurs erreurs et leurs faiblesses, mais aussi leur force et leur douceur. Il y a une belle réflexion derrière tout ce qui arrive à Emmanuelle. Sa rencontre avec de bonnes personnes, l’aide à s’ouvrir un peu plus au monde qui l’entoure.

Un beau roman qui se lit avec plaisir.

Comme une chaleur de feu de camp, Amélie Panneton, éditions Hurtubise, 306 pages, 2017

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s