Le Sumo qui ne pouvait pas grossir

sumo qui ne pouvait pas grossirSauvage, révolté, Jun promène ses quinze ans dans les rues de Tokyo, loin d’une famille dont il refuse de parler.Sa rencontre avec un maître du sumo, qui décèle un « gros » en lui malgré son physique efflanqué, l’entraîne dans la pratique du plus mystérieux des arts martiaux.Avec lui, Jun découvre le monde insoupçonné de la force, de l’intelligence et de l’acceptation de soi. Mais comment atteindre le zen lorsque l’on n’est que douleur et violence ? Comment devenir sumo quand on ne peut pas grossir ?

J’aime beaucoup Éric-Emmanuel Schmitt et je découvre peu à peu ses premiers textes. Le sumo qui ne pouvait pas grossir raconte l’histoire d’un jeune homme qui a quitté sa famille très tôt avec le sentiment de ne pas être aimé. Un jour alors qu’il vend de la camelote au bord de la rue, un homme, Shomintsu, maître de sumo, l’invite à un combat de sumos en lui disant « qu’il voit un gros en lui ». Jun refuse, ne voulant pas s’abaisser à aller assister à des combats de sumos.

De ce moment, jusqu’à ce que le jeune Jun accepte de suivre Shomintsu, le livre est teinté d’humour. Les répliques sont amusantes. L’histoire se déroule dans les rues de Tokyo où Jun est sauvage et révolté. Il tente de survivre comme il peut, en étouffant tout ce qui est bon en lui. En agissant comme il le fait, il cache à lui-même et aux autres, la personne qu’il est réellement.

« Car il faut préciser qu’à l’époque, je souffrais d’allergie. J’étais devenu intolérant à la terre entière. Y compris à moi. »

Le roman montre comment le manque d’estime de soi, et le fait de retrouver peu à peu cette confiance, peut transformer littéralement une personne. Les circonstances permettront à Jun d’apprendre à se connaître. Sa rencontre avec Shomintsu lui offre l’occasion d’apprendre à savoir qui il est et à cheminer dans sa vie en ayant un but et en sachant d’où il vient.

« Pourquoi étais-je né d’une mère pareille, une mère que je ne comprenais pas, une mère qui ne me comprenait pas? »

Le livre apporte une belle leçon de vie. On reconnaître les thèmes chers à Éric-Emmanuel Schmitt. On y retrouve son intention de démontrer que les gens peuvent changer et évoluer. Le roman est un bel exemple de ce que l’auteur a l’habitude de partager dans ses livres, ainsi que sa griffe, unique, qu’on reconnaît aisément.

Un roman qui se lit comme un conte tellement la plume est fluide. L’histoire est assez courte, le livre se lit rapidement, mais on le termine avec un petit sourire aux lèvres, satisfait. C’est une lecture fort plaisante, le texte est agréable.

Une lecture adaptée tant pour les adolescents que pour les adultes, qui trouvera sans doute un bel écho chez tous ceux qui ont envie de faire une place à celui ou celle qu’ils sont réellement. Une bien belle lecture!

Le Sumo qui ne pouvait pas grossir, Éric-Emmanuel Schmitt, éditions Albin Michel, 112 pages, 2009

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s