«Les Ennemis français de la race anglaise»

ennemis français de la race anglaiseAdam Thom est, dans les années 1830, l’un des porte-parole les plus influents de la communauté anglophone du Bas-Canada. Sous le pseudonyme de Camillus, il publie dans le Montreal Herald des lettres vitrioliques adressées au nouveau gouverneur en poste, lord Gosford, dans lesquelles il exprime les opinions d’un groupe de marchands, de banquiers, de magistrats et de miliciens ultraconservateurs. Il s’oppose aux meneurs du Parti patriote et à leurs partisans, des «habitants illettrés» qui ignorent leurs véritables intérêts, tout en dénonçant la collaboration des autorités impériales conciliantes de Westminster. De manière prophétique, Adam Thom envisage une intervention armée pour assimiler ou annihiler les «ennemis français de la race anglaise».

«Les Ennemis français de la race anglaise». Un titre qui a vivement attiré mon attention et mon intérêt tant il est puissant et dérangeant. Je n’avais jamais entendu parler d’Adam Thom avant de lire ce livre. Sans doute que son nom vous est aussi inconnu. Il a été occulté de l’histoire et en lisant ses lettres, on comprend pourquoi. Adam Thom nourrissait une haine contre les français. C’était pour lui un petit peuple qui ne méritait pas qu’on lui accorde quoique ce soit. S’il est très mielleux et enjôleur dans ses lettres au gouverneur, son ton change peu à peu. Il devient cassant, voire parfois insultant. Il déteste autant les français que quiconque leur offre quoique ce soit. La gestion du Haut-Canada et du Bas-Canada de l’époque l’exaspère. Il passe même par les États-Unis pour contourner les français afin de ne pas être en contact avec eux.

« La méthode visant à répartir les recettes douanières en fonction de la population est presque trop absurde pour faire l’objet d’une discussion. Si une seule et unique race habitait les deux provinces, la méthode en question serait logique, bien qu’imparfaite; toutefois, prétendre qu’un Canadien français contribue autant qu’un Anglais à l’alimentation du trésor public, c’est confondre l’indolence et l’énergie, la barbarie et la civilisation, l’ignorance satisfaite et l’intelligence ambitieuse. »

Dès la lecture de ce recueil de lettres, on déteste rapidement le personnage d’Adam Thom. Il crachait et calomniait la nation francophone qu’il qualifiait régulièrement de démagogues illettrés, de traîtres, de petit peuple et d’opportunistes rampants… L’histoire n’a donc pas réellement perpétué son nom dans les livres même si son passage chez nous aura duré vingt ans.

Même si l’on déteste le personnage qu’était Adam Thom, que ses idées sont grotesques et que la lecture de ce livre peut être choquante par moments, ces lettres sont très intéressantes à lire. Elles nous font comprendre un point de vue différent. Elles jettent également un éclairage nouveau sur la politique et la situation particulière du Québec.

L’ouvrage débute par un avant propos riche en informations qui nous apprennent qui était ce cher Adam Thom. D’où il venait, ce qu’il faisait, avant qu’on puisse entamer la lecture de ses lettres adressées à Lord Gosford. Adam Thom, cet immigrant écossais qui au moment de l’envoi de ses lettres, agissait à titre de rédacteur en chef du Montréal Herald. Il s’opposait ouvertement à la politique du gouverneur Gosford. Il écrira entre 1835 et 1836 des lettres à saveur « anti-gauloises » (où il se plaît à faire une comparaison primitive avec la Rome et la Gaule) adressées au gouverneur. Il écrivait sous le pseudonyme de Camillus, accusant alors Gosford de manquer de fermeté avec la faction française et de lui donner beaucoup trop de pouvoirs.

Thom se montre très critique dans ses lettres au gouverneur, qu’il tente de raisonner car il le trouve trop généreux à l’encontre de la colonie Française. Il décortique les propos du Gouverneur en lui laissant entendre qu’il voulait sûrement dire autre chose que ce qu’on lit réellement. Il tente de l’inciter à penser comme lui. Ce qui ne semble pas avoir porté ses fruits car au fil des lettres, il se montrera de plus en plus critique sur le choix des commissionnaires mis en place, mettant en doute leurs qualifications. Il remet même en question le choix du gouverneur en place, suggérant qu’il n’a pas les compétences pour un tel mandat…

Adam Thom était un fin manipulateur. Il tente de faire croire au gouverneur que les français reçoivent bien plus que ce qu’ils ne devraient. De son point de vue, les anglais travaillent davantage et ce sont les français qui en profitent le plus. Il se plaint du manque de loyauté des français vis à vis la royauté britannique. Il déplore que les français se plaignent du joug anglais, qu’ils sont des traîtres et que ce petit peuple pourrait se mutiner si le gouverneur ne les assimile pas rapidement par la force et le sang. Il est, par exemple, totalement contre l’idée de faire du Bas-Canada, une province francophone, ce qui serait assurément une injure pour les anglophones. Idem pour l’idée d’intégrer un francophone dans l’administration, ce qui serait impensable pour lui.

« Ainsi parle, Monseigneur, un homme qui n’a jamais sacrifié sa cohérence politique, ni dévié dans son parcours, convaincu qu’un jour la persévérance opiniâtre de ses compatriotes loyaux fera trembler de terreur et d’effroi les factions françaises et les Cabinets francisés. »

Beaucoup d’éléments dans ces lettres font écarquiller les yeux aujourd’hui. Adam Thom manipule allègrement les faits afin d’augmenter les revenus du Haut-Canada et de diminuer les profits du Bas-Canada. Il donne facilement ses « conseils » (qui sont beaucoup plus des directives qu’il souhaite voir être appliquées) au gouverneur pour avantager le peuple anglais.

« La conclusion qui me vient à l’esprit, c’est que vous êtes, Monseigneur, ainsi hostile ou faible, aveugle et inconséquent. Je vous laisse le soin de choisir entre le crime moral ou la malchance intellectuelle. »

Très enjôleur, rusé, intelligent et manipulateur, Adam Thom n’apparaît certainement pas comme un homme droit et intègre quand on le lit aujourd’hui. Il manie la plume à la perfection pour tenter d’amener les gens à adopter son point de vue. C’était un excellent stratagème.

Les lettres d’Adam Thom nous permettent de voir les tensions qu’il pouvait y avoir à ce moment entre la nation Française et la nation Britannique, les patriotes anglais et français, en présentant le point de vue d’un extrémiste anglo-saxon. Adam Thom s’opposait constamment aux patriotes français. Un point de vue parfois choquant à lire pour nous, francophones, mais qui jette un éclairage différent sur nos racines et le fondement des idéologies qui ont agitées le Bas-Canada et le Haut-Canada.

« Les Ennemis français de la race anglaise » a été une lecture hyper intéressante et instructive, qui offre une image très claire des tensions que les deux colonies de l’époque ont dû affronter. De nombreuses notes accompagnent chaque page afin de permettre au lecteur de mieux saisir le contexte historique, les différents hommes qui ont marqué cette période et leur façon d’agir. C’est donc passionnant, puisqu’on apprend énormément de choses sur cette période de l’histoire, tant du point de vue social que politique.

Les lettres d’Adam Thom viennent nous chercher, naturellement, surtout lorsqu’on est francophone. Elles provoquent beaucoup d’émotions. Elles nous donnent à réfléchir sur ce qui a marqué les moments forts de notre histoire et des batailles livrées par les francophones. La lecture de ces lettres éveillent en nous un côté patriotique qui refuse encore aujourd’hui de se laisser assimiler et qui poursuit sa défense de notre langue, de notre identité. Un ouvrage à lire pour comprendre beaucoup de choses!

« Les Ennemis français de la race anglaise », Les lettres d’Adam Thom au gouverneur en chef des Canadas, 1836, Adam Thom, présentation, notes et annexes de François Deschamps, traduction de Marie Caron, éditions du Septentrion, 318 pages, 2019

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s