Portages

Portages photoLes portages de Louis-Thomas Plamondon, à pas feutrés dans le brouillard, les plaines et les sentiers de branches, dissimulent des moments de présences au monde aigües et sculpturales. Se porter, c’est s’élever, se tenir éveillé et attentif aux instants de grâce. Portages, ce sont autant d’hymnes finement ciselés qui enregistrent l’existence de situations simples, précises et particulières, toutes en étroite relation avec la nature et l’animalité. Chacun de ces tableaux vivants est une méditation, le fruit d’un rituel de poésie et de conscience. Les mots et les affections se propagent dans tout le corps, innervant jusqu’au bout des doigts, jusqu’au bout des lèvres, à cette frontière lumineuse où se rencontrent le corps et le monde.

Portages de Louis-Thomas Plamondon est un recueil de courts poèmes qui capturent de petits moments de beauté. L’auteur a une belle façon d’entremêler les mots. Il se sert de la nature pour mettre en lumière des instants méditatifs.

Sa poésie se présente, pour moi, comme une multitude d’images qui suscitent réflexion et amène un sentiment de calme et de lenteur. Ce n’est pas une poésie qui est axée sur l’émotion mais plus sur l’instant présent, un peu comme le ferait une photographie. C’est la capture d’un instant, d’une image et d’une réflexion. Chaque poésie est une fenêtre, une vision de la nature, une forme de méditation.

« chapelle au réveil
un soleil étale

esquille la pierre des murs
des débris au sol essaiment le froid
derrière un tas de planches
un chien au poil gommé »

Ce premier recueil de poésie est une belle publication, qui me donne l’impression que l’auteur n’a pas tout dit et qu’il pourrait nous surprendre dans le futur. Son recueil se lit très facilement, les mots sont fluides et les images que les textes provoquent se rapprochent de la méditation. Je n’ai pas senti de thème global du recueil ou d’histoire derrière le texte. C’est plutôt une forme de poésie qui frôle la contemplation et nous force à nous arrêter, des instantanés de ce qui se présentent à l’auteur.

Personnellement, j’aime la beauté de sa plume et les images que l’auteur réussit à provoquer. Par contre, je me sens souvent plus interpellé par une poésie qui vient me chercher dans une émotion précise, avec un thème principal, et qui m’amène à vivre cette émotion. Ici, le recueil nous transporte plutôt dans un monde de beauté et d’instants fugaces, capturés par les mots. C’est une lecture que j’ai trouvé intéressante, car l’expérience était différente de mes lectures habituelles. C’est un recueil qui m’a fait sortir de ma zone de confort. C’est la beauté des mots et des images qui prend toute la place. Je crois que c’est ce que l’auteur a tenté de faire avec Portages. Et de ce point de vue, c’est réussi.

Portages, Louis-Thomas Plamondon, éditions La Peuplade, 112 pages, 2019

2 réflexions sur “Portages

  1. Ce que tu dis de cette forme de poésie frôle vraiment le haïku. Petits poèmes japonais. J’adore cette forme de poésie qui est tout à fait comme tu dis: Des instants de vie. Une photographie en mots.

    Aimé par 1 personne

    • Oui on pourrait dire qu’il y a certaines similitudes avec le Haïku mais c’est pas tout à fait pareil. L’intention est semblable mais la forme du poème est différente.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s