Dans les eaux du Grand Nord

Dans les eaux du grand nordPuant, ivre, brutal et sanguinaire, Henry Drax est harponneur sur le « Volunteer », un baleinier du Yorkshire en route pour les eaux riches du cercle polaire arctique. Patrick Sumner, un ancien chirurgien de l’armée traînant une mauvaise réputation, n’a pas de meilleure option que d’embarquer sur le baleinier comme médecin. En Inde, pendant le siège de Delhi, Sumner a cru avoir touché le fond de l’âme humaine, et espère trouver du répit sur le « Volunteer »… Mais pris au piège dans le ventre du navire avec Drax , il rencontre le mal à l’état pur et est forcé d’agir. Alors que les véritables objectifs de l’expédition se dévoilent, la confrontation entre les deux hommes se jouera dans l’obscurité et le gel de l’hiver arctique.

Dès le début du roman, on est transporté dans un univers dur, sordide et assez cruel. On sent que quelque chose plane, qu’il va se produire des choses terribles. L’atmosphère est très prenante, enveloppante, inquiétante.

« La pêche du Groenland est dangereuse. Je préfère rester chez moi, au chaud et au sec, ça réduit beaucoup le risque de mort violente. »

Je suis passée par toutes sortes de sentiments pendant ma lecture. La première partie, alors que l’équipage est encore à terre, m’a plutôt intéressée puisqu’il s’agit de la première rencontre avec les personnages et surtout, avec Patrick Sumner le chirurgien et Henry Drax, le harponneur. On voit tout de suite que le voyage ne s’annonce pas de tout repos. Drax est cruel, sanguinaire, assoiffé de sang et de violence. Sumner pour sa part cache certaines choses de son passé que l’on apprendra plus tard, mais il n’est pas le seul. Plusieurs membres de l’équipage ont aussi quelques squelettes dans le placard.

« Le métier de chirurgien sur un baleinier est inconfortable, ennuyeux et mal payé. Il attire en général des étudiants en médecine qui ont besoin d’argent, pas des hommes de votre âge et de votre expérience. »

La partie la plus difficile est sans doute celle sur le bateau. Je dois avouer que je l’ai trouvé très dure. Il y a des scènes cruelles, décrites avec beaucoup de détails médicaux qui donnent un peu la nausée. Un crime violent et sordide arrive et la justice des hommes sur le bateau est beaucoup plus axée sur les apparences que sur l’envie véritable de faire la lumière sur ce qui s’est produit. J’avoue m’être un peu lassée des descriptions médicales des blessures et de la rudesse de la vie à bord alors que plusieurs sont malades et qu’on nous décrit plus de choses qu’on aurait envie de lire. Je crois que cette portion de l’histoire est principalement là pour nous montrer à quel point Henry Drax est un personnage abominable, pervers, mesquin, sans morale, perçu comme le diable en personne. Il fait cavalier seul et n’hésite pas à escroquer même les gens avec qui il passe des ententes. Il donne le frisson et représente constamment une menace.

« C’est un connard et une brute, mais on peut en dire autant de la moitié des hommes réunis sur ce rafiot. Si vous cherchez des personnes douces et raffinées, Sumner, ce n’est pas sur un baleinier du Groenland que vous les trouverez. »

Ou encore:

« Parler à Drax revient à crier dans les ténèbres avec l’espoir que les ténèbres vous répondront. »

Là où j’ai eu l’impression de retrouver vraiment mon intérêt du début à cette histoire, c’est lorsque les hommes se retrouvent sur la banquise et doivent survivre. Il y a la rencontre avec des animaux sauvages, le manque de vivres, le contact avec des autochtones. Et toujours Henry Drax le fou, mais cette fois, ses motivations sont en quelque sorte « explicables », il a certaines « raisons » pour faire ce qu’il fait, alors que ce n’est pas le cas sur le bateau. Ça ne l’empêche pas d’être toujours aussi cinglé, sauf que l’histoire prend une tournure différente, moins statique et moins axée sur le crime crapuleux du bateau.

« J’imagine que le Seigneur ne passe pas beaucoup de temps ici, dans les eaux du Nord. Sans doute qu’il n’aime pas trop le froid. »

La portion qui se déroule dans le Grand Nord m’a vaguement rappelé le livre Terreur de Dan Simmons (livre que je vous suggère d’ailleurs car il est vraiment excellent). Les marins ne sont pas préparés à affronter la rudesse du climat, la neige, le manque de vivres, la glace. On retrouve les éléments clés d’une expédition classique, sauf que Drax amène toute la notion de justice et de criminalité à l’histoire. J’ai particulièrement aimé la rencontre de Sumner avec le prêtre puis avec le peuple du Grand Nord.

La dernière partie du livre nous ramène à l’enquête et la recherche de justice et j’attendais avec impatience de voir comment ça se terminerait. J’ai été satisfaite du dénouement et de la façon dont l’auteur nous présente ce qui est arrivé à Drax et à Sumner. Cette portion de l’histoire me rappelle plus typiquement le roman d’enquête, toujours avec son côté historique.

Dans l’ensemble, Dans les eaux du Grand Nord est un roman que j’ai plutôt aimé, même si j’ai été décontenancée par la portion se déroulant sur le bateau. Il y a des longueurs et ce qui s’y produit est vraiment rude. En commençant le roman, je m’attendais un peu plus à un livre faisant une grande part à la nature. Tout, de la couverture au résumé, me semblait aller en ce sens. La nature arrive véritablement quand l’équipage débarque sur les terres hostiles du Grand Nord.

J’ai quand même passé un bon moment de lecture. Meilleur dans la seconde partie du livre, qui colle beaucoup plus aux attentes que j’en avais. La nature y est plus présente, l’aventure aussi, ainsi que l’aspect « policier » ou d’enquête. Je me serais toutefois passée de toutes les descriptions médicales nauséeuses et de l’état des intestins des uns et des autres. J’ai eu l’impression d’une sorte d’essoufflement dans cette première partie, ce qui n’a pas été le cas dans la seconde.

Malgré tout, le voyage à bord du Volunteer est de ceux que l’on n’oublie pas de sitôt…

Dans les eaux du Grand Nord, Ian McGuire, éditions 10-18, 312 pages, 2018

 

 

9 réflexions sur “Dans les eaux du Grand Nord

Répondre à Marie-Claude Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s